Programme

21 ILLEGAL CROWNS

When:
18 novembre 2017@17 h 00 min
2017-11-18T17:00:00+01:00
2017-11-18T17:30:00+01:00
Where:
CEAAC
7 Rue de l'Abreuvoir
67000 Strasbourg
France
COUT
PT : 15€ / TR : 10€ / TA : 9€

ILLEGAL CROWNS  –  États-Unis / France

Taylor Ho Bynum, trompette / Mary Halvorson, guitare / Benoit Delbecq, piano / Tomas Fujiwara, basse

Trois new-yorkais disciples désormais largement émancipés d’Anthony Braxton et le plus américain des pianistes français, dans un projet collectif qui fait jaillir d’une écriture ciselée et avant-gardiste un jeu ouvert tout en circulation et en projection. Aux mécaniques percussives du piano répondent ces sonorités si singulières de la guitariste Mary Halvorson, ce phrasé ténébreux de Taylor Ho Bynum et le tumultueux jeu de batterie de Tomas Fujiwara. Une activité dense et fascinante, à découvrir au cœur même du chaudron.

Drei Musiker aus New York, unverkennbare, aber emanzipierte Schüler von Anthony Braxton, und der amerikanischste der französischen Pianisten in einem avantgardistischen Kollektiv-Projekt, das ganz vom freien Spiel der Projektionen lebt. Benoît Delbecqs perkussiv-mechanischem Klavier antworten die so eigenwilligen Klänge der Gitarristin Mary Halvorson, der dunkle Sound des Kornettisten Taylor Ho Bynum und die stürmische Energie des Schlagzeugers Tomas Fujiwara. Dicht und faszinierend, Jazz in statu nascendi.

 

Illegal_Crows

 PRESSE

Ça va Jazzer, Bruno Pfeiffer  La guitariste Mary Halvorson, le cornettiste Taylor Ho Bynum (deux Braxtoniens rompus), le batteur Tomas Fujiwara (Américain lui aussi proche d’Anthony Braxton), et le pianiste français Benoît Delbecqproposent une reprise de l’histoire. Progressent. Et, sans l’escamoter, le quartet virtuose pousse la figure d’Ornette. Par quel principe d’action ? En clair, chaque protagoniste cherche son propos au plus profond de l’inspiration, cela sans peser sur les possibilités du gang. Voire en nourrissant le groupe. Dans ce brassage, aux variations nombreuses, aux frontières forcément floues, « coexistent les principes de composition et d’improvisation », éclaire Taylor Ho Bynum. Une telle fusion de précision et de fluidité fait penser aux horloges du peintre Salvador Dali.

Citizen Jazz , Nicolas Dourlhès Tenant la bride à des egos qui auraient pu hypertrophier le projet sans pour autant le rendre réellement pertinent, les quatre individualités qui composent cette formation ont non seulement l’intelligence de mettre leur savoir-faire au service du collectif, mais également la sensibilité de porter haut des compositions soigneusement choisies. La crainte de voir les six titres paraphés par chaque musicien (Benoît Delbecq et Mary Halvorson en signent deux) se diluer dans une trop grande disparité est, en effet, immédiatement dissipée par leurs nombreux points de convergence.