31ème édition du 4 au 18 novembre 2016

2016-2017

11ème édition du 30 mai au 2 juin 2017

News

Soirée d’ouverture de la saison et présentation du festival Jazzdor 2016 le 14 octobre !

11 septembre 2016 | écrit par Mathieu dans Actualité |

Toute l’équipe de Jazzdor a le plaisir de vous convier à la soirée d’ouverture de la saison Jazzdor 2016 avec une présentation du festival 2016 suivie d’un buffet et du concert du Pocket Brass Band du tromboniste Ray Anderson ! Entrée libre sur réservation à billetterie@jazzdor.com (dans la limite des places disponibles). Une soirée présentée […]

Plus d'info

Découvrez le programme du festival Jazzdor 2016 !

20 juillet 2016 | écrit par Mathieu dans Actualité |

Le programme de la 31ème édition du festival Jazzdor est en ligne ! Vous pouvez dès à présent vous abonner en ligne et acheter vos billets pour les concerts du festival ! Nous vous invitons à une présentation publique de cette 31ème édition le vendredi 14 octobre à 19h au Centre Socio-Culturel du Fossé des […]

Plus d'info

10ème édition du Festival Jazzdor Strasbourg-Berlin : retours !

14 juin 2016 | écrit par Mathieu dans Actualité |

Le Festival Jazzdor Strasbourg-Berlin a fêté sa 10ème édition du 31 mai au 3 juin 2016 à Kesselhaus. Ce fut un anniversaire incroyable et l’équipe de Jazzdor vous donne déjà rendez-vous du 30 mai au 2 juin 2017 pour la 11ème édition de ce festival unique ! Mais n’allons pas trop vite et prenons le […]

Plus d'info



Le programme de Jazzdor 2016-2017

oct
14
ven
2016
RAY ANDERSON’S POCKET BRASS BAND + ouverture de saison / présentation du festival Jazzdor 2016 @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
oct 14@19 h 00 min

ErikaKapin_PocketBrassBand_2016_02_06_MG_9140Ray Anderson, trombone / Steven Berstein, trompette / Jose Davila, sousaphone / Tommy Campbell, batterie

(États-Unis)

Dès 19h, l’équipe de Jazzdor vous invite à une présentation  de la 31ème édition du festival Jazzdor (4-18 novembre) et de la saison Jazzdor 2016/2017 ! Une présentation suivie d’un buffet New Orleans.

Entrée libre sur réservation par mail à billetterie@jazzdor.com (dans la limite des places disponibles).

Tromboniste d’exception, leader des groupes les plus divers (Slickaphonics, Alligatory Band, Pocket Brass Band, Slideride…), remarqué aux côtés des plus grands (John Zorn, Charlie Haden, Carla Bley, John Scofield…), Ray Anderson est la diversité réussie ! De Lawrence Brown à Roswell Rudd, il connaît toute l’histoire du trombone et du jazz et la pratique avec ferveur. Il fait voyager le trombone dans des univers musicaux improbables, du plus pop au plus free, portant une vitalité, un caractère « hot », expressionniste, exigeant et exubérant. Dans l’esprit de Louis Armstrong, Ray et son brass band répandent des sonorités fougueuses et colorées et déposent des sourires sur le public avec leurs tons fendus inhabituels. Son nouveau projet ? Rendre hommage à la musique fondatrice du jazz. Un cocktail explosif au goût de Nouvelle-Orléans !

Ausnahme-Posaunist, Leader von so unterschiedlichen Gruppen wie Slickaphonics, Alligatory Band, Pocket Brass Band oder Slideride, Sideman von Legenden wie John Zorn, Charlie Haden, Carla Bley und John Scofield: Ray Anderson ist vielseitig und von jeder Seite her hörenswert. Er kennt die Geschichte der Jazz-Posaune auswendig, von Lawrence Brown bis Roswell Rudd, und wandelt auf unerwarteten Wegen vom Pop bis zum Free, mit glühender Lebenskraft, expressionistisch, „hot“, überbordend, bedingungslos anspruchsvoll. Seine Brass Band im Geist von Louis Armstrong verzaubert das Publikum mit Energie, Klangreichtum und ungewöhnlichen Split-Tone-Effekten. Der Kern des Projekts: eine prickelnde, explosive Hommage an einen der Grundsteine des Jazz, die Musik von New Orleans.

http://www.rayanderson.org

en partenariat avec le Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize.

nov
4
ven
2016
Open Jazz, en public et en direct du festival Jazzdor @ Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse
nov 4@18 h 00 min – 19 h 00 min

Alex Dutilh présente Open Jazz, sur France Musique, en public et en direct de la Cité de la Musique et de la Danse ! Avec le pianiste Gonzalo Rubalcaba et ses musiciens, Philippe Ochem, directeur de Jazzdor.

Venez nombreux assister à l’émission !

France Musique
GONZALO RUBALCABA QUARTET « TRIBUTE TO CHARLIE HADEN » @ Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse
nov 4@20 h 30 min

Gonzalo Rubalcaba Quartet "Tribute to Charlie Haden"Gonzalo Rubalcaba, piano / Will Vinson, saxophone / Matt Brewer, contrebasse / Jeff Ballard, batterie (Cuba / États-Unis)

Il est le plus grand pianiste cubain. Le premier a avoir franchi cette frontière invisible entre la musique traditionnelle de son île natale et le jazz international. Avec sa double culture et son aisance incomparable, Gonzalo Rubalcaba s’est imposé, partout. Avec l’Orquesta Aragon d’abord, immense orchestre cubain qui illumina les scènes du monde entier dans les années 80. Puis en leader ou sideman, multi-récompensé aux Grammy Awards, et auteur de quelques enregistrements somptueux, aux côtés de Charlie Haden notamment, son maître et mentor. D’un Nocturne (2001) éclairé de boléros cubains jusqu’à ce “Tokyo Adagio“ (2015) en duo et paru peu après la mort du contrebassiste, la symbiose entre ces deux géants fut totale. Le pianiste lui rend aujourd’hui un hommage bouleversant.

Er ist zweifellos der größte kubanische Pianist. Der erste, der die unsichtbare Grenze zwischen traditioneller kubanischer Musik und internationalem Jazz überschritten hat. In beiden vollständig und selbstverständlich zu Hause, hat er sich überall durchgesetzt. In den 80er-Jahren eroberte er mit dem Orquesta Aragon die Bühnen der Welt. Seither hortet er als Leader und Sideman Grammy Awards und andere Auszeichnungen und hat mehrere schlicht prachtvolle Alben eingespielt. Zu den legendärsten gehören die Duos mit seinem Lehrmeister und Mentor Charlie Haden. Von Nocturne (2001) mit seinen wunderbaren kubanischen Boleros bis hin zu Tokyo Adagio (2015), die Symbiose zwischen diesen beiden Ausnahmemusikern war total. Heute widmet ihm Gonzalo Rubalcaba im Quartett eine berührende Hommage.

Une soirée parrainée par la Ville de Strasbourg

Concert enregistré par France Musique

01-france-musique

nov
5
sam
2016
NOËL AKCHOTÉ & MARY HALVORSON @ Médiathèque André Malraux
nov 5@15 h 00 min
Noel Akchoté & Mary Halvorson

Noël Akchoté, guitare / Mary Halvorson, guitare

(France / États-Unis)

Deux guitaristes singuliers. Deux francs-tireurs de la “six cordes“. Deux drôles de zèbres de l’avant-garde du jazz mondialisé. Originaire de Brooklyn, élève d’Anthony Braxton, Mary Halvorson développe depuis presque dix ans déjà un jeu d’une grande originalité et reconnaissable entre tous. Cette rencontre avec Noël Akchoté promet d’être passionnante à bien des égards car tous deux partagent le même gout du détournement et des reprises atypiques, des mélodies sous-jacentes et d’une certaine poésie cabossée. Un concert à ne pas manquer !

Zwei der faszinierendsten Gitarristen der gegenwärtigen Jazz-Szene im Duo: Mary Halvorson, mit ihrem unverkennbaren Sound, ihrem klaren Bekenntnis zum Einfluss von Anthony Braxton und zur New Yorker Szene. Dort ist sie verwurzelt, von dort zog sie aus und wurde – solo, im Quintett, im Duo, im Trio – zu einer der wesentlichen Stimmen des Gegenwartsjazz. Und Noël Akchoté, Querkopf der globalisierten Gitarre, Akkordarbeiter, der täglich im Net mit einer neuen Einspielung aufwartet, Kosmopolit mit ungewöhnlich breiter musikalischer Kultur und unwiderstehlichem Hang zu schrägem Humor. Ihre Begegnung verspricht ein Ereignis zu werden.

en partenariat avec les Médiathèques de Strasbourg

http://www.maryhalvorson.com

http://www.noelakchote.org

INGRID LAUBROCK ANTI-HOUSE @ CEAAC
nov 5@17 h 00 min
Ingrid Laubrock Anti-House

Ingrid Laubrock, saxophone / Mary Halvorson, guitare / Kris Davis, piano /  Tom Rainey, batterie

(Allemagne / États-Unis / Canada)

Comme sa consoeur Mary Halvorson, Ingrid Laubrock développe un univers qui doit beaucoup au maître Anthony Braxton. Et comme la guitariste, elle s’en affranchit largement pour créer un univers bien à elle, entre écriture et improvisation, travail sur les textures sonores et purs moments d’énergie rythmique. Autour d’elle, la fine fleur de la scène new yorkaise et la pianiste canadienne Kris Davis, découverte l’an passé au CEAAC par un public subjugué. Gageons que c’est le même genre d’émerveillement qui devrait nous saisir à l’écoute de l’un des groupes essentiels du jazz d’aujourd’hui.

Wie ihre Partnerin Mary Halverson weiß die Saxofonistin Ingrid Laubrock, was sie dem Großmeister Anthony Braxton verdankt. Das hindert beide nicht daran, ihre ureigene Sprache zu entwickeln, zwischen Komposition und Improvisation, intensiver Arbeit an Klangtexturen und Augenblicken purer rhythmischer Energie, getrieben von zwei weiteren Fixsternen der New Yorker Szene an Kontrabass und Drums. Die freidenkerische, zugleich dissonante und doch harmonische kanadische Pianistin Kris Davis macht das Quintett dann endgültig zu einer wesentlichen Gruppe des Gegenwartsjazz.

http://ingridlaubrock.com/anti-house.html

JOSHUA REDMAN & BRAD MEHLDAU DUO @ Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse
nov 5@20 h 30 min

 

mehldau_redman_slide

Joshua Redman, saxophone / Brad Mehldau, piano (États-Unis)

Depuis l’album Moodswing du saxophoniste Joshua Redman jusqu’au récent Highway Rider du pianiste Brad Mehldau, ces deux-là sont intimement liés. Deux leaders d’exception qui se retrouvent une nouvelle fois pour un concert en duo sur le fil. En 2013, Redman invitait Mehldau à jouer et même à produire son “Walking Shadows“. Ces duos piano/saxo ne sont pas légion dans la grande histoire du jazz. Même pour ces deux virtuoses américains, cet exercice est plutôt rare, Brad Mehldau s’exprimant plus souvent en solo ou en trio, Joshua Redman essentiellement en groupe. C’est donc l’occasion d’une conversation rare et inspirée entre deux très fortes personnalités.

Vom Album Moodswing des Saxofonisten Joshua Redman bis zum jüngsten Highway Rider des Pianisten Brad Mehldau verbindet die beiden eine lange Geschichte. Die beiden Ausnahme-Leader treffen sich einmal mehr zu einem traumwandlerischen Duo. Man erinnert sich noch an 2013, als Redman Mehldau dazu einlud, an seinen Walking Shadows mitzuweben und das Album sogar zu produzieren. Duos aus Saxofon und Klavier sind eher rar in der Jazzgeschichte, Mehldau ist eher solo oder im Trio bekannt, Redman aus größeren Bands. Bei Jazzdor finden sich diese beiden ausgeprägten Persönlichkeiten zu einem seltenen, intensiven und fantasievollen Zwiegespräch.

nov
6
dim
2016
qÖÖlp + BROTHERHOOD HERITAGE @ Auditorium de la Cité de la Musique et de la Danse
nov 6@17 h 00 min
qÖÖlp au Festival Jazzdor 2016 © Mathieu Schoenahl

qÖÖlp (France / Allemagne) / création Festival Jazzdor Strasbourg-Berlin 2016

avec Théo Ceccaldi, violon / Valentin Ceccaldi, violoncelle / Ronny Graupe, guitare / Christian Lillinger, batterie

“Une heure d’invention pure, de maîtrise insensée, d’esprit libre. Une heure d’engagement physique intense des musiciens : on croit voir un ring! Il manque la serviette et l’éponge à la main à Lillinger pour tenir le poste de l’entraîneur de la bande, tant son jeu encourage, secoue, relance, et revitalise le carré. On vibre au sentiment constant de rupture, comme si un souffle ultime portait chaque mesure. Perception manifeste : le propos très personnel de chacun des protagonistes n’entrave à aucun moment l’entité majestueuse que nous entendons. Une entité ouverte. En effet, les protagonistes se sont choisis sur l’originalité de leurs discours respectifs. Le public halète (beaucoup de musiciens dans la salle), sur le flanc, bouche ouverte, tétanisé, les yeux rivés. Enivré par la musique qui ne va pas de soi. Mais qui va.“ Bruno Pfeiffer, Libération

Das Quartett ist zum ersten Mal bei Jazzdor Berlin 2016 zusammen aufgetreten. Es ist die Begegnung zweier Welten: Hier die hyperaktiven Ceccaldi-Brüder aus Orléans, da das nicht minder turbulente Duo Graupe/Lillinger, das die Berliner Szene aufmischt. Das Ergebnis ist ebenso energiegeladen wie fein ziseliert. Die Formen reihen sich aneinander und fügen sich zu einer stets in Bewegung bleibenden kollektiven Ordnung, immer weiter getrieben von der Lust auf Konfrontation, immer neue Klangfarben tauchen auf, in einer Art durch und durch beherrschtem Zapping, das an John Zorn erinnert. Ein deutsch-französisches Epos für unersättliche Argonauten, unter dem Motto Be bop, Rock it!

Brotherhood HeritageBROTHERHOOD HERITAGE (France)

François Raulin, piano / Didier Levallet, contrebasse / Chris Biscoe, saxophones et clarinettes / Raphaël Imbert, saxophones / François Corneloup, saxophone / Michel Marre, trompette / Alain Vankenhove, trompette / Jean-Louis Pommier, trombone / Mathias Mahler, trombone / Simon Goubert, batterie

La « Confrérie du souffle » (Brotherhood of Breath) fut un big band qui illumina la scène européenne du jazz. Issu d’un orchestre sud-africain multiracial constitué malgré l’apartheid, il mêlait les musiques populaires d’Afrique du Sud aux musiques improvisées sous la houlette du pianiste Chris McGregor. Le projet piloté par François Raulin et Didier Levallet a pour objectif de redonner à entendre cette musique, en particulier les mélodies sud-africaines qui en sont la source et ouvrent de multiples interprétations. Les musiciens réunis par les deux co-leaders expriment la quintessence de plusieurs générations de jazzmen français (et un anglais aussi). Tous partagent l’envie de renouer avec ce répertoire, qui conjugue le chant, porteur d’un lyrisme puissant, avec la liberté de parole de chaque interprète.

Bruderschaft des Atems, Brotherhood of Breath, so nannte sich eine Big Band, die den europäischen Jazz der 80er- und 90er-Jahre mit prägte. Sie kam aus Südafrika und vereinte, der Apartheid zum Trotz, Schwarz und Weiß, so wie sie auch musikalisch die traditionelle südafrikanische Musik mit den Improvisationen des Pianisten Chris McGregor verband. François Raulin und Didier Levallet haben jetzt ein Projekt gestartet, das diese Musik wieder aufleben lässt, und ganz besonders die südafrikanischen Melodien, traditionsgeladen, aber offen für alle möglichen Interpretationen. Was die Truppe eint, ist die Lust an diesem Repertoire, in dem die kraftvolle Lyrik gemeinsamen Gesangs kein Widerspruch ist zur unbedingten Freiheit jedes einzelnen Solisten.

BROTHERHOOD HERITAGE from Maurice Salaün on Vimeo.

 

Coproduction Europa Jazz-Le Mans, Rendez-Vous de l’Erdre-Nantes, D’Jazz Nevers Festival, Jazzdor-Strasbourg, MC2-Grenoble, La Forge, Jazz sous les Pommiers-Coutances

Une soirée Jazzpassage

avec le soutien du Goethe Institut

nov
8
mar
2016
SAMUEL BLASER SOLO @ CEAAC
nov 8@18 h 00 min

TFCH_SamuelBlaser_HighRes_EmileHolba-8Samuel Blaser, trombone (Suisse)

Dans la droite lignée des légendaires Albert Mangelsdorff, Conny Bauer ou George Lewis, le tromboniste suisse Samuel Blaser repousse les limites de l’instrument et créé depuis plus d’une dizaine d’années un concept mélodique parfaitement personnel. En se jouant de l’espace, de l’acoustique, de l’environnement et réinterrogeant la place du musicien et de son instrument dans l’espace, il étonne, fascine et s’impose comme l’une des voix les plus fascinantes de sa génération, à la fois drôle, légère, profonde et émouvante.

An Albert Mangelsdorff, Conny Bauer und George Lewis anknüpfend, gewinnt der Schweizer Samuel Blaser seiner Posaune laufend neue, verblüffende Klangmöglichkeiten ab. Seit einem Jahrzehnt entfaltet er sein ureigenes melodisches Konzept, das vor allem die Frage nach dem Ort des Musikers im Raum stellt. Er spielt mit Raum und Akustik, bezieht stets ein, was ihn umgibt, verblüfft und verzaubert durch die Verschmelzung von Ironie und Leichtigkeit mit Tiefgang und emotionaler Intensität.

Pro Helvetia

YUKO OSHIMA & HAMID DRAKE DUO // Première + SYLVAIN KASSAP / BENJAMIN DUBOC / HAMID DRAKE // Première @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
nov 8@20 h 30 min

Yuko_Oshima_&_Hamid_Drake_©_Sebastien_Bozon - copie
Yuko Oshima
, batterie / Hamid Drake, batterie (France / États-Unis)

D’un côté Hamid Drake, géant par la taille et le talent, né en Louisiane et figure majeure de la scène jazz de Chicago. De l’autre, la franco-japonaise Yuko Oshima, concentré d’énergie à peine visible derrière ses fûts mais rendant fou de joie tous ceux qui l’ont entendu dans le formidable duo Donkey Monkey qu’elle forme avec la pianiste Eve Risser. À l’heure on l’on écrit ces lignes, ceux deux là ne se connaissent pas. Avouons-le, on a hâte de voir leurs sourires au moment de partager ce moment forcément unique de musique.

Hier Hamid Drake, körperlich und musikalisch ein Gigant, in Louisiana geboren, seit langem eine Schlüsselfigur der Jazz-Szene von Chicago. Dort die Franco-Japanerin Yuko Oshima, fast hinter ihrem Schlagzeug verschwindend, aber ein Energiebündel, das die Zuhörer bei den Konzerten ihres Duos Donkey Monkey mit Eve Risser regelmäßig in Ekstase trommelt. Drake und Oshima treffen sich bei Jazzdor zum ersten Mal, zu einem musikalischen Ereignis, das nur einzigartig werden kann.

+

Sylvain Kassap TrioSylvain Kassap, clarinettes / Benjamin Duboc, contrebasse / Hamid Drake, batterie (France / États-Unis)

A l’occasion de la sortie du disque “Heads or Tails“ sur le label RogueArt, qui témoigne de dix années d’échanges fructueux, Sylvain Kassap, clarinettiste aérien et Hamid Drake, batteur foisonnant invitent Benjamin Duboc, contrebassiste tellurique, à partager la scène pour créer une musique libre, contrastée, mouvante et émouvante, poétique et énergique… Une preuve de plus des connivences possibles entre Montreuil et Chicago!

Aus Anlass des Erscheinens des Albums Heads or Tails bei RogueArt – Zeugnis von zehn Jahren fruchtbarer Zusammenarbeit – stehen der ätherische Klarinettist Sylvain Kassap und der ideensprühende Schlagzeuger Hamid Drake mit dem erdverbundenen Kontrabassisten Benjamin Duboc auf der Bühne: Freiheit, Kontrast, Bewegung und Berührung, Poesie und Energie – Montreuil meets Chicago.

SpedidamLMD productions

logo_copie_privee_rose_250

nov
9
mer
2016
ANIL ERASLAN / JULIA KADEL // Première française @ CEAAC
nov 9@18 h 00 min

Julia Kadel & Anil EraslanAnil Eraslan, violoncelle / Julia Kadel, piano (France / Allemagne)

Hiver 2015. Il neige à Duisburg, Allemagne, quand la pianiste allemande Julia Kadel et le violoncelliste franco-turc Anil Eraslan (Auditive Connection, Absorb) se rencontrent à l’occasion d’une résidence d’artistes. Une forte complicité musicale se créé et leur donne envie de former ce duo, basé sur des improvisations libres mai aussi des compositions inspirées par le jazz et la musique contemporaine. Un premier premier enregistrement à Strasbourg en février, des concerts à Berlin, il était temps qu’ils se produisent en concert à Strasbourg.

Die deutsche Pianistin Julia Kadel und der franko-türkische Cellist Anil Eraslan (Auditive Connection, Absorb) kamen sich im letzten Winter im Rahmen einer Künstler-Residenz in Duisburg musikalisch nahe. Die Begegnung mündete in ein Duo, das auf freier Improvisation, aber auch komponierten Formen des Jazz und der Zeitgenössischen E-Musik beruht. Im Februar waren sie in Straßburg im Studio, dann folgten mehrere Konzerte in Berlin: Jetzt sind sie bei Jazzdor Strasbourg live zu erleben.

 

MARC PERRENOUD TRIO + SYLVIE COURVOISIER TRIO @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
nov 9@20 h 30 min

Sylvie-Courvoisier-Trio-8645©Caroline-Mardok-2014 copySylvie Courvoisier, piano / Drew Gress, contrebasse / Kenny Wollesen, batterie (Suisse / États-Unis)

La pianiste suisse basée à New York se jette dans le grand tourbillon du trio de piano, discipline suprême du jazz. Pour l’aventure, elle s’entoure de l’une des grandes rythmiques de la scène new yorkaise (Drew Gress a tenu la contrebasse pour Dave Douglas ou John Abercrombie, Kenny Wollesen est un fidèle de John Zorn et de Bill Frisell). Et quelle aventure ! De A à Z, une énergie, redoutable une pulsation, un sens de la mélodie urbaine et inspirée, un jeu de piano percussif et lyrique, tel qu’on ne l’avait encore jamais entendu chez la musicienne. Une vraie révélation !

Die in New York lebende Schweizer Pianistin Sylvie Courvoisier stürzt sich in den Strudel des Trios mit Klavier, Königsdisziplin des Jazz. Mit Drew Grass am Schlagzeug – unter anderem Partner von Dave Douglas und John Abercrombie – und Kenny Wollesen an den Percussions – ein Weggefährte von John Zorn und Bill Frisell – ist die rhythmische Basis garantiert. Unglaubliche, pulsierende Energie, feinsinnige und erfindungsreiche Melodik, ein zugleich durchschlagendes und lyrisches Piano, all das macht dieses Trio zu einer echten Entdeckung!

 

 

+

Marc Perrenoud, piano / Marco Müller, contrebasse / Cyril Regamay, batterie (Suisse)

Né en 1981 à Genève, Marc Perrenoud développe depuis plus de dix ans son idée du trio, formule magique qui l’a mené des scènes de New York à Montreux, de Berlin à Paris. La musique de ce trio prend la forme d’une révolte : compacte, sombre et parfois inquiétante. Avec le goût des rythmiques modernes, dub ou électro, celui des lignes claires aussi, d’un jeu brûlant, incandescent, rapide, qui prend dès les premières mesures pour ne plus vous lâcher.

Marc Perrenoud, 1981 in Genf geboren, entwickelt seit gut einem Jahrzehnt seine Idee vom Trio, auf den Bühnen von New York, Montreux, Berlin oder Paris. Das Grundgefühl dieses Trios scheint die Revolte zu sein. Ihre Musik ist kompakt, finster, fast beunruhigend, basiert aber trotz all ihrer Schwärze auf einer fast kindlichen Spiellust. Mit aktuellen Rhythmen aus Dub und Electro, klaren Linien, glühender Leidenschaft und Wahnsinnstempo packen sie den Zuhörer von den ersten Takten an und lassen ihn nicht mehr los.

                                                                                                                                      Pro Helvetia

nov
10
jeu
2016
Musiques en Chantier #1 – avec les élèves du Conservatoire de Strasbourg @ CEAAC
nov 10@18 h 00 min

Grégoire Jokic, piano / Maxime Luck, saxophone + Around Dave Holland

En partenariat avec le Conservatoire de Strasbourg, Jazzdor mène depuis plus de dix ans une politique de mise en avant des élèves du Département des Musiques à Improviser. Chaque année, deux soirées sont consacrées à la découverte de jeunes formations issues du Conservatoire. Pour celle-ci, on entendra le duo du pianiste Grégoire Jokic et du saxophoniste Maxime Luck, suivi d’un hommage à la musique du contrebassiste Dave Holland par un quintet d’étudiants de la HEAR (Haute École des Arts du Rhin).

Jazzdor arbeitet seit über zehn Jahren mit der Musikhochschule von Straßburg zusammen und bietet auch den Schülern der Abteilung Improvisationsmusik eine Bühne. Sie bestreiten alljährlich zwei Abende des Festivals. Der erste stellt dieses Jahr das Duo des Pianisten Gregoire Jokic und des Saxofonisten Maxime Luck vor, gefolgt von einer Hommage an Dave Holland, erwiesen von einem Quintett aus Schülern des HEAR (Haute École des Arts du Rhin).

JULIEN DESPREZ « Acapulco Redux » + ZAD MOULTAKA « Um“ @ La Filature
nov 10@20 h 00 min
Julien Desprez_©_Sylvain_Gripoix

Julien Desprez, guitare, lumières / Grégory Edelein, scénographie, conception dispositif lumières / Cécile Guigny, réalisation dispositif lumières

Zad Moultaka, composition

Que révèle l’écoute des choses les plus anodines ? C’est à cette exploration que semble nous inviter le compositeur Zad Moultaka en nous faisant entendre ce qui ressort de l’enregistrement d’un moteur de voiture. Une fois ralentie, la diffusion de celui-ci prend soudain l’allure d’un chant monastique et le compositeur de s’émerveiller : le visible et le caché, le matériel et le spirituel se côtoieraient-ils ? Seraient-ils de même nature ? UM est une méditation sonore s’inspirant du Livre des morts tibétain et des rituels chantés dans les monastères. En première partie de cette soirée dédiée à nos différentes façons de percevoir le son, le guitariste Julien Desprez nous offre un show à mi-chemin entre le concert et la performance. Dans un dispositif ingénieux qui met sur un pied d’égalité son, espace et lumière, on assiste à un solo explosif et intense.

Was erfährt man, wenn man auf die alltäglichsten Dinge hört? Mit dieser Frage beschäftigt sich der Komponist Zad Moultaka, anhand einer Aufnahme eines Automotors. Stark verlangsamt abgespielt, erinnert sie an Mönchsgesang. Als lägen Sichtbares und Verborgenes, Materielles und Spirituelles ganz nah bei einander. Sind sie am Ende sogar gleicher Natur? Den ersten Teil des Abends bestreitet der Gitarrist Julien Desprez, mit einer Mischung aus Konzert und Performance: ein explosiver, überaus dichter Soloauftritt mit einem ausgeklügelten Dispositiv, das Ton, Licht und Raum auf eine Ebene stellt.

TOC « Le Dernier des Hommes » – ciné-concert @ Salle du Cercle à Bischheim
nov 10@20 h 30 min

 

STEAMBOAT BILL, JR., Buster Keaton, Marion Byron, 1928Jérémie Ternoy, Fender Rhodes / Ivann Cruz, guitare / Peter Orins, batterie // France

sur un film de F.W. Murnau (1924)

Le portier du Grand Hôtel Atlantic est un homme important et admiré de tous. Mais un jour, le directeur de l’hôtel décide que le vieux portier a fait son temps et lui annonce sans ménagement que le moment est venu pour lui de céder la place et le relègue à l’entretien des toilettes. Abattu, humilié, le pauvre homme revient pourtant le soir même… Pour mettre en musique ce chef d’œuvre du 7ème art qui a largement inspiré le Citizen Kane d’Orson Welles, les musiciens de TOC travaillent une matière sonore dans laquelle disparaît l’identité des instruments, la laissant ressurgir en creux dans la texture, un peu à la manière de gros plan ou de recadrage.

Der Portier des Grand Hotel Atlantic ist eine von allen geachtete Figur. Doch nach einem Schwächeanfall versetzt ihn der Hoteldirektor aus Altersgründen in die Herrentoilette. Eine Welt bricht zusammen, der Ex-Portier kämpft gegen Erniedrigung und Ohnmacht. Das Opus von Murnau ist ein filmästhetischer Meilenstein und zählt zu den wichtigsten Quellen von Orson Welles‘ „Citizen Kane“. Die Musiker von TOC setzen den Film kongenial um. Indem sie die Identität des einzelnen Instruments ganz in den Dienst der Gesamtstruktur stellen, produzieren sie Klangeffekte, die den von Murnau eingesetzten Großaufnahmen und Kamerabewegungen perfekt entsprechen.

En partenariat avec la Salle du Cercle de Bischheim

TOC est membre du collectif Muzzix à Lille.

nov
11
ven
2016
HUGUES MAYOT « WHAT IF » @ CEAAC
nov 11@17 h 00 min
Hugues_Mayot_©_Denis_Rouvre

Hugues Mayot, saxophone ténor / Jozef Dumoulin, claviers / Joachim Florent, basse électrique / Franck Vaillant, batterie, programmation  // France

Formé fin 2013 par Hugues Mayot, What If réunit une rythmique minérale, brute, constituée de Franck Vaillant et Joachim Florent mettant en perspective le discours stratosphérique de Jozef Dumoulin et hugues Mayot en recherche d’une apesanteur permanente. Le répertoire entièrement composé par le saxophoniste associe des thèmes décharnés et poétiques, à la limite d’une chanson post pop, à une puissante machine à groove hypnotique. C’est la quête d’une transe sonore jubilatoire qui rassemble ces deux entités et leur donne leur raison d’exister. What If oscille entre compositions et parties improvisées allant de tableaux sonores minimalistes à des phases baroques, voir orgiaques, en passant par un mix de riffs acides penchant vers un live électro décadent.

2013 schloss sich der Saxofonist Hugues Mayot mit Franck Vaillant, Joachim Florent und dem Keyboarder Jozef Dumoulin zu What If zusammen. Va²illant und Florent bilden die rohe und doch kristallklare Rhythmus-Section, die dem permanenten Streben nach Schwerelosigkeit der beiden anderen eine sichere Basis gibt. Sie spielen ausschließlich Kompositionen von Mayot: reduzierte, hoch poetische Themen, die manchmal an einen Post-Pop-Song erinnern, treffen auf eine kraftvoll-hypnotische Groove-Maschine, Durchkomponiertes auf freie Improvisation, minimalistische Klangbilder auf barocken bis orgiastischen Überschwang, Acid-Riffs auf dekadenten Live-Electro. Und am Ende verschmilzt all das zu jubilierender Trance.

Musiques en Chantier #2 avec les élèves du Conservatoire de Strasbourg @ CEAAC
nov 11@18 h 00 min

Diego Manuschevich, saxophone / Kazue Ogasawara, piano + Late Coltrane

En partenariat avec le Conservatoire de Strasbourg, Jazzdor mène depuis plus de dix ans une politique de mise en avant des élèves du Département des Musiques à Improviser. Chaque année, deux soirées sont consacrées à la découverte de jeunes formations issues du Conservatoire. La pianiste Kazue Ogasawara et le saxophoniste Diego Manuschevich interprètent des compositions d’Ornette Coleman mais aussi quelques pièces inédites. Puis on retrouvera le saxophoniste dans un octet qui nous replonge dans la musique de John Coltrane.

Jazzdor arbeitet seit über zehn Jahren mit der Musikhochschule von Straßburg zusammen und bietet auch den Schülern der Abteilung Improvisationsmusik eine Bühne. Sie bestreiten alljährlich zwei Abende des Festivals. Auf der zweiten Musikbaustelle dieses Jahres werken die Pianistin Kazue Ogasawara und der Saxofonist Diego Manuschevich an Standards von Ornette Coleman und Eigenkompositionen. Anschließend beschwört Diego Manuschevich im Oktett die Musik von John Coltrane.

 

BOJAN Z & NILS WOGRAM + NILS WOGRAM ROOT 70 @ Reithalle im Kulturforum
nov 11@20 h 30 min
Bojan Z & Nils Wogram

 

 

 

 

 

 

 

Bojan Z, piano et Fender Rhodes / Nils Wogram, trombone  // France – Allemagne

Créé au festival Jazzdor Berlin en 2012 et salué depuis sur toutes les plus grandes scènes européennes, le duo revient présenter un premier disque paru cet été. Bojan Z et Nils Wogram glissent de-ci de-là quelques thèmes ellingtoniens, s’engagent dans des jeux percussifs, des tournures mélodiques et font faire un sacré bond en avant à la formule rare du duo piano/trombone. On retrouve tout ce qui fait la singularité de Bojan Z : les mélodies balkaniques qui prennent aux tripes, le blues qui affleure. Nils Wogram lui emboîte le pas avec un naturel confondant, à l’écoute, sûr de sa force, technicien hors pair. Un duo qui ne manque pas d’humour et qui saura nous emmener aussi bien sur les rives du Danube que dans les rues de la Nouvelle-Orléans.

Seit ihrer Premiere bei Jazzdor Berlin 2012 wurden sie live auf den größten europäischen Bühnen bejubelt. Nun stellen sie ihr erstes Album vor, das diesen Sommer erschien. Bojan Z und Nils Wogram streuen hier und dort ein Ellington-Thema ein, treiben perkussive Spiele, loten melodische Wendungen aus und eröffnen dabei der seltenen Formel des Duos Klavier/Posaune neue Dimensionen. Bojan Z ist unverwechselbar Bojan Z, mit seinen Balkan-Melodien, die direkt in den Bauch gehen, und seinem Hang zum Blues. Nils Wogram folgt mit verblüffender Selbstverständlichkeit und unfehlbarer Technik jedem seiner Schritte. Ein Ausnahme-Duo, das uns mit Witz und Ironie auch schon mal direkt vom Donau-Ufer nach New Orleans katapultiert.

Bojan Z Nils Wogram Jazzahead 2016 from Stefan Nauheimer on Vimeo.

Nils Wogram Root 70

 

 

 

Nils Wogram, trombone / Hayden Chisholm, saxophone alto / Matt Penman, contrebasse / Jochen Rückert, batterie  // Allemagne / États-Unis

Le tromboniste Nils Wogram est l’un des musiciens phares de sa génération en Allemagne. À la tête de multiples formations, du duo au septet, son Root 70 est l’une des plus remarquables par sa capacité à marier une énergie rythmique très actuelle à un son qu’on pourrait qualifier d’analogique, tant il prend du meilleur de la finesse du jazz West Coast des années 50. Un bonheur simple et d’une impeccable efficacité, à découvrir d’urgence !

Der Posaunist Nils Wogram ist eine der Leitfiguren seiner Generation im deutschen Jazz. Er leitete schon die verschiedensten Formationen, vom Duo bis zum Septett. Seine Gruppe Root 70 besticht mit ihrer Fähigkeit, radikal moderne rhythmische Energie mit einem Sound zu verbinden, der nahtlos an die feine Eleganz des West Coast Jazz der 50er-Jahre anschließt. Tadellos, schlicht aber wirkungsvoll, ganz einfach beglückend.

Ein Abend im Rahmen des grenzüberschreitenden Projekts Jazzpassage

 

nov
12
sam
2016
JULIAN SARTORIUS SOLO @ CEAAC
nov 12@15 h 00 min

Julian SartoriusJulian Sartorius, batterie, percussions

Le rythme. Voilà bien ce qui définit la vie du batteur suisse Julian Sartorius. À 5 ans, il prend ses premières leçons et intègre rapidement fanfares, groupes de bal ou de reprises de Michael Jackson, mais aussi plusieurs groupes issus de collectifs underground. Sa musique prend immédiatement un tour unique, qui repousse les limites du possible et décapsule au briquet magnums de hip-hop, de musiques du monde ou improvisées avec la facilité d’un jeune scout en forêt. Son set de batterie, il le prépare ave la minutie d’un laborantin. Ses concerts, il les dévoile par petites touches de sons encore jamais entendus, imagine des univers sonores jusque là interdits, dont on déjà bénéficié des artistes comme la chanteuse Sophie Hunger, le pianiste Colin Vallon ou encore le musicien électro Matthew Herbert.

Rhythmus: für den Schweizer Schlagzeuger Julian Sartorius ist er Lebenszweck. Mit fünf Jahren fängt er an und beeindruckt rasch in Brass-Bands, auf Bällen, mit Michael-Jackson-Stücken und dann bald auch in Kollektiv-Projekten des musikalischen Undergrounds. Von Anfang an unverwechselbar, erweitert er unablässig den Horizont des Möglichen, kombiniert mit der entwaffnenden Naivität und Mühelosigkeit eines Pfadfinders Hip-Hop, World-Music und Improvisation. Er baut sein Schlagzeug mit der Sorgfalt eines Uhrmachers auf und entlockt ihm in jedem neuen Konzert bisher Ungehörtes, betritt bislang verbotene Klangwelten. Zu jenen, mit denen er diese Kühnheit bereits teilte, zählen die Sängerin Sophie Hunger, der Pianist Colin Vallon oder der Electro-Bastler Mathew Herbert.

avec le soutien de Pro Helvetia

Retrouvez Julian Sartorius dans le spectacle Myousic de Dimitri de Perrot au Maillon, les 4/5/6 janvier 2017.

 

BEDMAKERS « Tribute to an Imaginary Folk Band » // Création @ CEAAC
nov 12@17 h 00 min

BedmakersRobin Fincker, saxophone ténor, clarinette / Mathieu Werchowski, violon / Pascal Niggenkemper, contrebasse / Fabien Duscombs, batterie  // France / Grande-Bretagne

Ce quartet acoustique fait irruption dans les méandres de la folk anglo-saxonne, creuse cette matière sonore fertile mûrie par les multiples décennies de tradition orale, pour en extraire son essence mélodique et l’observer à travers le regard d’improvisateurs sans étiquettes. Fort de cette instrumentation riche en couleurs « Tribute to an imaginary folk band » fait cohabiter le blues illuminé de John Fahey avec les envolées lyriques de Matt Malloy issues de mélodies traditionnelles de folk irlandaise et l’intense sobriété du guitariste écossais Bert Jansch avec la richesse de l’improvisation libre.

Das akustische Quartett Bedmakers folgt den Mäandern des angelsächsischen Folk, destilliert die Quintessenz aus diesem traditionsreichen, ausgereiften Tonmaterial und macht es zur Basis einer Improvisation ohne Grenzen und Etiketten. Ihr farbenreich instrumentierter « Tribute to an Imaginary Folk Band » verbindet den intensiven Blues von John Fahey, die in der traditionellen Melodik des irischen Folk verwurzelten lyrischen Höhenflüge von Matt Malloy und die schlichte Selbstverständlichkeit des schottischen Gitarristen Bert Jansch mit dem Reichtum der freien Improvisation.

Freddy Morezon prod

Une production Freddy Morezon prod, en co-production avec Banlieues Bleues et Jazzdor. Avec le soutien de la DRAC Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, du CNV et de la SPEDIDAM.

DAVE DOUGLAS NEW SANCTUARY // Première française @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
nov 12@20 h 30 min

New-Sanctuary-CoverDave Douglas, trompette / Marc Ribot, guitare / Susie Ibarra, batterie

Dès sa participation à l’illustre Masada Quartet de John Zorn, Dave Douglas devient l’un des trompettistes les plus recherchés de la scène créative. Dès lors, il ne cesse de multiplier les rencontres avec les plus grands créateurs contemporains, en musique comme dans tous les champs de la vie artistique. Pour ce projet, Dave Douglas s’adjoint le guitariste le plus inventif et touche à tout de sa génération, Marc Ribot. Musicien tout terrain (Tom Waits, Bashung, Marianne Faithful, Cassandra Wilson ou ses propres Cubanos Postizos). La batteuse Susie Ibarra est quant à elle, l’enfant prodige de la scène new-yorkaise avec son jeu riche en sonorités et timbres, à la fois souple et énergique. « New Sanctuary » est le lieu même où se développe une musique somptueuse riche de tous les possibles.

Seit seinem Mitwirken in John Zorn’s legendärem Masada Quartett ist Dave Douglas einer der gefragtesten Trompeter der kreativen Szene. Seine Projekte mit den Kreativsten, nicht nur in der Musik, sondern auch in anderen Kunstformen, sind Legion. Für sein jüngstes Vorhaben hat er sich Marc Ribot geholt, den erfindungsreichsten und vielseitigsten jungen Gitarristen des Augenblicks, als Sideman von Tom Waits, Bashung, Mariane Faithful oder Cassandra Wilson ebenso bekannt wie als Leader der Cubanos Prostizos. Die Schlagzeugerin Susie Ibarra ihrerseits, energiegeladen und reich an Klangnuancen und Timbres, ist das neue Wunderkind der New Yorker Szene. Zusammen machen sie New Sanctuary tatsächlich zum Heiligtum einer prächtigen Musik der unbeschränkten Möglichkeiten.

VIDEO STREAMS

Joshua Redman & Brad Mehldau, le 5 novembre au festival Jazzdor

TWITTER