31ème édition du 4 au 18 novembre 2016

2016-2017

11ème édition du 30 mai au 2 juin 2017

News

Pierre Durand solo / duo / Roots Quartet vendredi 20 janvier

16 janvier 2017 | écrit par mathieu JAZZDOR dans Actualité |

Vendredi 20 janvier à 20h30 au Fossé des Treize, le guitariste Pierre Durand vient présenter « Libertad! », son dernier disque paru à l’automne dernier et largement salué un peu partout dans la presse ! Extraits : « Un voyage hallucinatoire aux sources de l’imaginaire américain, où l’on pense à Bill Frisell, au Neil Young de la BO […]

Plus d'info

Meilleurs voeux 2017 !

6 janvier 2017 | écrit par mathieu JAZZDOR dans Actualité |

Toute l’équipe de Jazzdor vous souhaitent une excellente année 2017 ! On vous donne rendez-vous dès le samedi 14 janvier au Fossé des Treize pour le premier concert Jazzdor de l’année : ROBERTO NEGRO / ÉMILE PARISIEN / MICHELE RABBIA « Dadada »  avec Roberto Negro, piano / Émile Parisien, saxophone / Michele Rabbia, batterie

Plus d'info

Jazzdor Series 05 : qÖÖlp – Live at Kesselhaus Berlin 2016

6 décembre 2016 | écrit par mathieu JAZZDOR dans Actualité | , ,

présente qÖÖlp – Live at Kesselhaus Berlin 2016 Théo Ceccaldi, violon / Valentin Ceccaldi, violoncelle / Ronny Graupe, guitare / Christian Lillinger, batterie qÖÖlp – Live at Kesselhaus Berlin 02.06.2016 by Jazzdor SeriesAgrandir la famille c’est toujours bien pour peu qu’on parle à peu près la même langue. L’intérêt ici était de réunir deux paires […]

Plus d'info



Le programme de Jazzdor 2016-2017

Jan
20
ven
PIERRE DURAND SOLO / DUO + ROOTS QUARTET @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Jan 20@20 h 30 min

Pierre DurandPierre Durand, guitare / Julien Soro, saxophone / Guido Zorn, contrebasse / Joe Quitzke, batterie (France)

De l’Afrique ancestrale à Charles Mingus, les incantations chamaniques des indiens d’Amérique, tout se suit, s’intercale ou se mêle en un rêve qui passe et nous laisse le blues songeur… Pierre Durand solo, duo ou quartet, c’est un flash “back in Woodstock“ qui refait surface. Bercé par les vents, la guitare se fait harpe celtique pour une valse Irlandaise, alors que son jazz alternatif plane toujours au-dessus du chapeau du monde et, comme il le dit lui-même, “avec l’improvisation en guise de colonne vertébrale“.

Vom Urkontinent Afrika über Charles Mingus bis zu den Beschwörungen der indianischen Schamanen fließt hier alles zusammen zu einem bluesig-nachdenklichen musikalischen Traum. Pierre Durand, ob solo, im Duo oder im Quartett, ist immer eine Art Flashback auf Woodstock. Von allen Winden getragen, verwandelt sich die Gitarre etwa in einem irischen Walzer zur keltischen Harfe: Alternativ-Jazz, frei schwebend über dem Dach der Welt, mit – wie er selbst sagt – „der Improvisation als Rückgrat“.

Fév
2
jeu
THÉO CECCALDI « PETITE MOUTARDE » @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Fév 2@8 h 30 min
Théo Ceccaldi Petite Moutarde

Théo Ceccaldi, violon / Alexandra Grimal, saxophone / Ivan Gélugne, contrebasse / Florian Satche, batterie

Jean-Pascal Retel, vidéo et scénographie / Vincent Bodin, lumières et scénographie

un film de René Clair

Le violoniste explore le cinéma muet surréaliste des années 20. Plus particulièrement inspiré par le film Entr’Acte de René Clair, fantaisie expérimentale d’inspiration Dadaïste, le musicien compose en miroir avec l’univers du cinéaste, une partition lyrique et contrastée. Avec lui, de brillants improvisateurs réunis par une passion commune pour les projets pluridisciplinaires – interprètent remarquablement cette bande-son réinventée où se rencontrent un grand cinéma d’époque et l’écriture d’un artiste d’aujourd’hui. Sur scène, l’univers minimaliste des deux créateurs visuels accompagne ce petit orchestre de chambre au service d’une forme hybride au pouvoir grisant.

Ein Geiger auf Reisen im surrealistischen Film der 20er-Jahre. Vor allem der dadaistisch-fantastische Experimentalfilm Entracte von René Clair wird zur Quelle einer lyrischen und kontrastreichen Partitur. Gespielt wird sie von brillanten Improvisatoren, geeint von der unbedingten Hingabe an genre-übergreifende Projekte: ein zeitgenössisches Kammerorchester, das sich ganz in den Dienst der surrealen Bilder stellt. So wird die Begegnung zwischen einem Juwel der Filmgeschichte und der musikalischen Sprache eines radikal zeitgenössischen Musikers zum berauschenden Erlebnis.

Fév
9
jeu
AKI TAKASE / DAVID MURRAY @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Fév 9@20 h 30 min

David Murray & Aki Takase

Aki Takase, piano / David Murray, saxophone ténor et clarinette basse (Allemagne / États-Unis)

Après ses études musicales à Tokyo, c’est à New York que la pianiste Aki Takase se fait remarquer aux côtés de Lester Bowie, David Liebmann, John Zorn, entre autres. Installée depuis de nombreuses années à Berlin, Aki Takase est une des figures les plus polyvalentes du jazz contemporain. Parmi ses nombreux projets, le duo semble tenir une place majeure: Maria Joao, Ayumi Paul, Louis Sclavis… et David Murray. Ce dernier incarne un certain état du jazz partagé entre l’attachement fidèle à la mémoire de la musique noire et le besoin d’expériences et de rencontres inédites. Le saxophoniste s’inscrit dans une lignée d’instrumentistes puissants et lyriques.

Die Pianistin Aki Takase studierte in Tokio. Den Durchbruch schaffte sie in New York, an der Seite von Lester Bowie, David Liebmann oder John Zorn. Inzwischen lebt sie in Berlin und wirkt dort als eine der vielseitigsten Vertreterinnen des zeitgenössischen Jazz. Unter ihren zahllosen Projekten waren immer wieder bemerkenswerte Duos, etwa mit Maria Joao, mit Ayumi Paul oder Louis Sclavis. Diesmal trifft sie David Murray, Spross einer langen Linie kraftvoll lyrischer Saxofonisten, bei dem Treue zum Erbe der afroamerikanischen Musik kein Widerspruch ist zum Bedürfnis nach radikal neuen Begegnungen und Erfahrungen.

Mar
17
ven
ELISE CARON & EDWARD PERRAUD @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Mar 17@8 h 30 min
Elise Caron & Edward Perraud © Jean-Baptiste Millot

Elise Caron, voix / Edward Perraud, batterie (France)

Une rencontre magistrale faite de brèves douceurs, un arc-en-ciel musical aux registres et styles multiples. Ou comment tirer le fil poétique des petites choses du quotidien avec humour et simplicité. Autant de miniatures – ou nouvelles – comme des bonbons acidulés, écrits ou improvisés. Elise Caron et Edward Perraud utilisent ce qui est à portée de voix, de main, et font feu de tout bois. Il joue batterie, électronique ou percussions, elle chante récitatifs et chansons spontanés. Ça s’est passé comme ça : elle l’a entendu sur scène, dans ses frasques ; ils ont décidé de tenter l’aventure ensemble.

Ein virtuoses Mosaik aus kleinen, sanften Augenblicken; ein stilistisch vielfältiger Regenbogen quer durch alle Register; der Faden der Poesie, mit Humor und Schlichtheit aus dem Gewebe des Alltags gezogen; Miniaturen, musikalische Novellen, durchkomponiert oder improvisiert: Elise Caron und Edward Perraud spielen mit allem, was ihnen unter die Hände oder die Stimme kommt. Er spielt auf Schlagzeug, elektronischen Keyboards und Percussions, sie singt spontane Lieder und Rezitative. Sie hatte den Fantasten auf der Bühne erlebt, die Lust auf ein musikalisches Abenteuer mit ihm war unwiderstehlich.

FESTIVAL JAZZ CAMPUS 2013 – Elise CARON / Edward PERRAUD « Bitter Sweets » – extrait concert from Maurice Salaün on Vimeo.

Mar
18
sam
CARTE BLANCHE AU COLLECTIF OH! @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Mar 18@20 h 30 min

Fondé en 2008 à Strasbourg, le Collectif Oh! réunit des musiciens au goût commun pour les musiques de création.  Tous sont leader ou membres de groupes comme Polaroid3, Chip, Elektrisch, Machine Bongo, La Strizza ou To Catch a Crab, autant de projets entre pop, jazz, rock, musiques improvisées ou électro. À travers le festival Oh ! dont la 8ème édition s’est déroulée en mai dernier, et les “Soirées Oh !“ mensuelles, le Collectif Oh ! met en avant des créations, invite et échange avec de nombreux musiciens issus de collectifs partenaires et accorde une large place aux pratiques amateurs à travers la direction du CEDIM (Centre d’Enseignement et de Développement de l’Improvisation Musicale) et l’accompagnement de groupes émergents. À l’occasion de cette carte blanche, c’est une plongée dans l’univers singulier du Collectif que ses musiciens proposeront.

Die Musiker des 2008 in Straßburg gegründeten Collectif Oh! eint die Leidenschaft für kreative Musik aller Horizonte. Sie sind alle Leader oder Mitglieder anderer Gruppen – Polaroid3, Chip, Elektrisch, Machine Bongo, La Strizza, To Catch a Crab – die über Genre-Grenzen hinweg Pop, Rock, Jazz, freie Improvisation und elektronische Musik verbinden. Beim Festival Oh!, das im Mai zum 8. Mal stattfand, und monatlichen Konzerten stellen sie kreative Projekte vor und pflegen den musikalischen Austausch mit Musikern anderer Kollektive. Daneben engagieren sie sich auch für die Amateur-Jazzer, über das CEDIM (Lehrzentrum für Improvisation) und die Förderung aufstrebender Gruppen. Jazzdor lässt dem Kollektiv völlig freie Hand – und gibt Ihnen damit Gelegenheit zu Einblicken in ihr unkonventionelles Universum.

www.collectifoh.com

Label Oh

Mar
24
ven
SONS OF KEMET @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Mar 24@20 h 30 min

Sons of kemet Shabaka Hutchings, saxophone et clarinette / Theon Cross, tuba / Tom Skinner, batterie / Seb Rochford, batterie (Grande-Bretagne)

La musique des Sons Of Kemet ressemble à une séance de spiritisme pendant un tremblement de terre. Des rêves intenses et agités de voyages éclairs dans l’Egypte ancienne, dans les Caraïbes d’avant les conquistadors, à La Nouvelle-Orléans un jour de Mardi-Gras cyclonique, à Chicago pendant la grande libération du jazz, à Addis-Abeba pendant l’invention de l’éthio-jazz. Une musique panoramique et transversale, toujours afrocentrée, qui tire son charme et sa singularité de l’économie de moyens : deux batteries, un saxophone et un tuba, rien de plus. Toute en rythmes et lignes mélodiques brisées, une musique de guerriers sur le champ de bataille des souvenirs.

PRESSE

Télérama “Comment rendre compte de l’incroyable intensité, de la vélocité démoniaque, du quatuor anglais Sons of Kemet ? Deux batteurs, un joueur de soubassophone et, donc, notre nouveau chouchou Shabaka Hutchings au saxophone. Sur le papier, ces quatre zinzins se présentent volontiers comme un groupe d’éthio-jazz. En chair et en os, Sons of Kemet ressemble bien davantage à une remuante et joyeuse fanfare de la Nouvelle-Orléans. Une fanfare très spéciale, qui aurait gobé des amphétamines à pleines poignées. Et dont le but recherché serait de fusionner le rock lo-fi et le groove rentre-dedans. Pour renverser le public en festival, on a rarement vu mieux.“  Juillet 2016

Mar
31
ven
THE LANGSTON PROJECT @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Mar 31@20 h 30 min

The Langston ProjectDebbie Cameron, voix / Hasse Poulsen, guitare et voix / Luc Ex, guitare basse / Mark Sanders, batterie (Danemark / Grande-Bretagne / Pays-Bas)

L’idée de The Langston Project est de combiner musique créative – ou « free music » – avec d’ambitieuses chansons à texte. Les poèmes de Langston Hugues ont une musique avec des formes et des mélodies précises qui permettent aux quatres musiciens de conserver une place à l’interprétation et l’improvisation. Ils appellent au swing, à la musique puisée et au blues. Si un mot pouvait définir les textes de Langston Hugues, cela serait celui de  » désir  » : le désir de justice et d’égalité, d’ambition et d’envie pour le peuple, le désir  de dignité, et surtout le désir amoureux, d’amour et pour l’amour.

Die Grundidee des Langston Projects ist die Verbindung von kreativer Improvisationsmusik und anspruchsvollem Text. Die Gedichte von Langston Hugues besitzen ihre eigene Musik und eine Form, die präzise genug ist, um der Improvisation einen Rahmen zu setzen, innerhalb dessen sie sich völlig frei bewegen kann. Sie tragen den Swing in sich und den Blues, müsste man sie in einem Wort beschreiben, so wäre es „Sehnsucht“: Sehnsucht nach Gerechtigkeit und Gleichheit, nach einer ehrgeizigen Perspektive für die kleinen Leute, nach Würde, vor allem aber die Sehnsucht des Liebenden, nach dem/der Geliebten, nach der Liebe selbst.

Avr
7
ven
LOUIS SCLAVIS / VINCENT COURTOIS / DOMINIQUE PIFARÉLY -> Strasbourg Jazzlab @ Fossé des Treize
Avr 7@20 h 30 min

Pifarély Courtois SclavisLouis Sclavis, clarinettes / Dominique Pifarély, violon / Vincent Courtois, violoncelle (France)

1ère partie : « Clarinet Turbulences » / concert de l’atelier de clarinettes de l’Académie Supérieure de Musique de Strasbourg et du Conservatoire de Strasbourg/ direction Jean-Marc Foltz

Le département Jazz et Musiques Improvisées (DJEMI) du Conservatoire de Strasbourg et Jazzdor proposent une semaine de concerts, d’atliers et de master-classes autour du jazz et des musiques improvisées. Avec un concert exceptionnel du pianiste Martial solal et sa fille claudia en invité spéciale, mais aussi le magnifique trio de Louis Sclavis avec Vincent Courtois et Dominique Pifarély. Le clarinettiste et Médéric Collignon assureront des masterclasses avant un grand final en forme de big band dirigé par Bernard Struber. Plus de détails prochainement sur la programmation de ce Strasbourg Jazzlab.

En partenariat avec le Conservatoire de Strasbourg

Mai
13
sam
RAN BLAKE SOLO @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Mai 13@20 h 30 min

Ran BlakeRan Blake, piano (États-Unis)

Ran Blake est né en 1935 dans une famille du Massachussets où Bartók prenait plus de place que la musique noire, qui se résumait au gospel. C’est en poursuivant de brillantes études de pianiste qu’il a épousé le jazz. Au Bard College, il côtoie Jeanne Lee, chanteuse avec qui il fera un bout de chemin. On connaît la suite : en 1962, le duo publie The Newest Sound Around qui reste un modèle de déconstruction des standards tant par le clavier que par la voix. Élève de Waldron, la grande rencontre de Blake sera pourtant celle de Gunther Schuller, l’âme du Third Stream dont il fut le plus fidèle des messagers, et en même temps l’un des premiers modérateurs. C’est en cela que Blake fait partie des inclassables : figure du Third Stream, son jeu et sa percussivité le rattachent sans équivoque à la galaxie monkienne. Raccrocher tous ces wagons sera sa vocation.

Ran Blake wurde 1935 im Bundesstaat Massachusetts geboren. In seinem Elternhaus nahm Bartok einen größeren Platz ein als die afro-amerikanische Musik, mit Ausnahme vielleicht des Gospel. Zum Jazz führte ihn ein brillantes Klavierstudium. Am Bard College begegnet er der Sängerin Jeanne Lee. 1962 spielen sie das Album The Newest Sound Around ein, bis heute ein Modell der Dekonstruktion der Standards, am Klavier wie im Gesang. Nach weiteren Lehrjahren an der Seite von Mal Waldron macht Ran Blake die entscheidende Begegnung seiner Karriere: die mit Gunther Schuller, der Seele des Third Stream Jazz. So unbestritten Blake eine Leitfigur des Third Stream ist, er behält doch, vor allem in der Durchschlagskraft seines Spiels, etwas, was ins Monk’sche Universum gehört. Und so macht er denn, jenseits aller Zuordnungen, den Brückenschlag zu seiner Berufung.

Juin
10
sam
BOREAL BEE & MIKE LADD « NOS FUTURS » @ Centre Socio-Culturel du Fossé des Treize
Juin 10@20 h 30 min

Boreal BeeChristophe Rocher, clarinette / Sylvain Thévenard, électronique / Mike Ladd, voix (France / États-Unis)

dans le cadre du Festival Contre-Temps 2017

Le triptyque Nos Futurs ? du duo Boreal Bee évoque les futurs, celui qu’on aimerait nous imposer, celui qui vient en prolongement de nos passés, de nos cultures, de nos rêves. Le rappeur américain Mike Ladd, adepte du spoken word, a toujours associé à son travail une notion de poésie post-futuriste, comme un nouveau courant poétique. Il ajoute ici ses machines, ses rythmes et sa voix à la musique du duo Boreal Bee pour provoquer une véritable friction entre culture hip-hop et musique électroacoustique.

Das musikalische Triptychon Nos Futures ? – Wortspiel zwischen „no future“ und „unsere Zukunft“ – setzt die Zukunft in den Plural, stellt jene, die man uns aufdrängen will, die sich aus Vergangenheit und Kultur scheinbar selbstverständlich ergibt, gegen jene, die wir uns erträumen. Der US-Rapper Mike Ladd, Figur des „Spoken Word“, auf der Suche nach einer post-futuristischen Poesie, tritt mit dem Duo Boreal Bee in einen Dialog, mit seinen Maschinen, seinen Rhythmen und seiner Stimme: eine spannungsgeladene Begegnung von Hip-Hop und elektro-akustischer Musik.

Boreal Bee : « NOS FUTURS ? » Triptyque from Nos Futurs on Vimeo.

VIDEO STREAMS

Pierre Durand solo / duo / Roots Quartet, en concert vendredi 20 janvier au Fossé des Treize

TWITTER